Le GR2013

Ce GR a été créé à l'occasion de "Marseille capitale européenne de la culture 2013"

Ce GR de Pays est particulier dans le fait qu'il mélange des parcours urbains et campagnards. Il est long de 365 km et à de nombreux endroits, il est possible de prendre les transports en commun pour rentrer à Marseille (dans mon cas)

Voici mon trajet tracé sur Google Earth. En bleu clair la traversée de Marseille avec l'option rurale.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Etape 1 Aix TGV - Marignane (25 km 4h44)

Le 17 juin 2013 7h30.

Départ de la gare d’Aix TGV. Je suis la D9, mais par un petit chemin.
Il faut contourner Les boues rouges et je peux apercevoir le cube de Rudy Ricciotti, le Stadium.

Tout semble aride ici, mais au fond de la vallée, j’arrive à la source de l’Infernet.
Superbe et rafraîchissant.

Plan d’eau de la Tuilière à Vitrolles et à quelques pas, je retrouve l’A7.
C’est la caractéristique du GR2013, le mélange de la nature et de l’urbain.

Sur les hauteurs de Pas le Lancier, un point d’eau à cette chapelle pour se rafraîchir.

A Marignane, je suis le canal pour arriver à l’embouchure de la Cadière.

Etape 2 Marignane - Port de Bouc (35 km 6h33)

Le 19 juin 2013 7h42.

Je longe l’aéroport de Marignane avec ses deux hangars caractéristiques dits Bossiron.
Ensuite je contourne l’étang de Bolmon.
Aujourd’hui, le temps est orageux.

Je passe par le chemin dunaire du Jaï qui sépare l’étang de Bolmon (réserve Natura 2000) de celui de Berre. Tout plat et tout droit pendant 8 km.
Il me faut ensuite traverser l’A55 et rejoindre les hauteurs afin de contourner La Méde.

Longue traversée de forêts domaniales pour rejoindre les vignes de Chateauneuf les Martigues.

Je m’élève vers les hauteurs de Martigues pour arriver à la chapelle de Notre Dame des Marins et un ancien moulin.

Il me faut à nouveau traverser l’A55 par un tunnel pour rejoindre le quartier Mas de Pouane.
Ensuite je longe une friche industrielle de l’ancienne usine Azur Chimie de Port de Bouc.
Et j’arrive enfin à la gare pour rentrer à Marseille.
Quelle différence entre Martigues et Port de Bouc qui pourtant sont limitrophes.

Etape 3 Port de Bouc - Miramas (36 km 6h48)

Le 21 juin 2013 7h41.

Je quitte Port de Bouc. Il existe même des plages. Le GR passe sur des ponts de voies férrées. Ravitaillement en eau au quartier des Amarantes.

Le sentier serpente à travers les quatre étangs d’Engrenier, de Lavaduc, du Pourra et de Citis. Les nombreux panneaux d’oléoduc nous rappellent que nous sommes près de Fos sur Mer.

Je passe par le site archéologique et la chapelle de Saint Blaise. Ensuite je rejoins le quartier du Ranquet d’Istres qui me semble être le « Saint Tropez » de l’étang de Berre.
En suivant la côte, j’arrive à Istres pour une pause déjeuner.

Je suis le canal à ma gauche avec une superbe vue sur l’étang de Berre à droite, sur Saint Chamas et de superbes villas.
Chaleur écrasante cette après-midi, heureusement j’arrive à la gare de Miramas.

Etape 4 Miramas - La Fare les Oliviers (35 km 6h26)

Le 22 juillet 2013 7h31.

Départ de Miramas à 7h30 pour pouvoir profiter de la relative fraîcheur du matin.
Passage près du lycée théâtre ressemblant à une ruine antique puis près de l’étang de Saint-Suspi.

Je suis le canal de Miramas. J’arrive à un beau chemin empierré menant à une bergerie restaurée par des bénévoles.

Je passe par le village de Grans, derrière les murs de vieilles pierres, je devine de magnifiques mas bien cachés.
J’arrive ensuite à Salon, via le musée de la savonnerie Marius Fabre, la zone piétonne et la statue de Nostradamus.

Je quitte Salon par-dessus le canal de Provence et l’autoroute. Il commence à faire très chaud et je me dirige vers Pélissanne pour me restaurer.

La patrouille de France me salue dans le ciel de Salon.
Je passe près de jolies maisons, mais quel isolement et chaleur en plein été. Sans parler des cigales qui font plus de bruit que la circulation routière. Arrêt d’une heure à Pélissane pour manger et surtout boire. Il me restera 12 km pour rejoindre La Fare les Oliviers sous un soleil de plomb.

J’aperçois une moissonneuse Laverda, marque de ma moto préférée !!
Il doit faire 35° à l’ombre, mais dans cette garigue, il n’y a pas d’ombre. Heureusement j’ai pris des réserves d’eau. Comme il n’y a plus d’arbre, les cigales ont également disparues.
J’aborde la descente vers La Fare les Oliviers.
Je prendrais ensuite un bus vers Aix, un autre pour Marseille et enfin le métro. Ce GR2013 m’aura également fait connaître les transports en commun.

 

Etape 5 La Fare les Oliviers - Aix TGV (33 km 5h57)

Le 27 juillet 2013 8h16.

Le jour le plus chaud du mois de juillet à Marseille, il fait 36°C et j'apprendrais à mon retour que les chemins de randonnées étaient fermés à cause des risques d'incendie.

Départ  de la Fare les Oliviers, direction vers Velaux.
Passage sur l’Arc, ensuite sur le petit chemin prévu, une route est en construction. Heureusement que nous sommes samedi, aucun ouvrier sur leurs gros engins et je peux passer.
Cette première partie est facile, mais ça va se compliquer.

Vue sur la rivière l’Arc, ensuite je suis l’autoroute A7 et enfin j’aborde des sous-bois pour « escalader » la colline du Baoubacoua vers Velaux.
Cela ne se voit pas sur la photo, mais cette montée est très raide. Nous passons de 65 m à 150 m très rapidement.

J’arrive à Velaux, village absolument magnifique que je ne connaissais pas.
Il y a le village neuf, où je me ravitaille en eau (mais pas assez comme me l’apprendra la suite) et le village ancien construit sur un promontoire. Certaines maisons de village ont des vues sur la mer de Berre splendides. J’ai vu une maison s’appelant « Vé l’eau », ce qui n’est pas l’origine du nom du village, mais ça lui va bien.
Particularité : toutes les personnes croisées dans le vieux village m’ont dit bonjour !!

En sortant de Velaux, je me dirige vers la corniche de Vitrolles. Depuis de longues années, en passant sur l’autoroute près de Marignane, j’ai toujours eu l’intention d’aller là haut, c’est fait.
La plus belle vue depuis le début de mon GR2013. Mais une chaleur difficilement supportable, il y a une alerte à la canicule sur les Bouches du Rhône.

Une fois passée la croix de Rognac, je quitte la corniche pour croiser une série de vallons, certains totalement désertiques qui servent de lieu de tournage à des Westerns où par exemple Luc Besson a fait No Limit au Mali.
Je passe près du centre équestre du collet rouge spécialiste du cross, en voyant les obstacles, je prends peur.
J’ai heureusement trouvé une maison isolée pour remplir mes bouteilles d’eau et fini par trouver la gare d’Aix

Etape 6 Aix TGV - Saint-Louis (34,5 km 6h10)

Le 30 septembre 2013 à 8h11.

Après deux mois d'interruption, je reprends le GR2013. L'étape du jour me conduira de la gare d'Aix-TGV au quartier Saint-Louis à Marseille.

Un brouillard dense me fait perdre une demi-heure pour trouver le bon chemin.

Direction le bassin de Réaltor qui est un bassin de décantation et de clarification du Canal de Marseille.

Il est impossible de passer par le barrage, il faut donc faire un détour de 6 km dans le bois de Boulard. Une fois ce détour effectué, je me retrouve de l'autre côté du barrage avec du soleil.

Ensuite direction Calas et Cabriès (beau village perché) Je prends le chemin de transhumance pour rejoindre Plan de Campagne. Le GR2013 traverse toute la zone commerciale.

Je me rapproche de Septèmes-Les-Vallons et les Cadeneaux en surplombant le triangle de Septèmes, le croisement des autoroutes d'Aix, Marseille et Lyon.

J'emprunte la traverse des Fraises qui m'emmène à la Gavotte. Ensuite direction La Viste qui domine le centre commercial "Grand Littoral". J'en aurai vu des surfaces commerciales !! Je fini par arriver à Saint Louis et sa magnifique église que je connaissais pas.

Etape 7 Saint Louis - Saint Marcel (31 km 5h35)

Le 19 octobre à 8h54.

Lors de ma précédente étape j'avais choisi l'option littoral pour traverser Marseille. Je continue donc avec ce choix et ferai la variante terroir à la fin de mon périple.

Cette étape du GR passant dans des endroits que je connais assez, j'avais peur de me répéter. Mais pas du tout, j'ai découvert plein de nouveaux chemins.

Je pars du lycée Saint Exupéry et descends vers le port. Le GR côtoie l'A55 un moment et s'éloigne.

Je passe à la résidence Cap Janet où Guédiguian a tourné La Ville est tranquille.

Je dépasse les immenses hangars des Puces et j'aperçois la tour de CMA/CGM.

Tour construite par l'irako-britannique Zaha Hadid en 2010. J'apprécie cette construction.

Le Génie de la mer à l'entrée, statue faite par Carlo Sarrabezolles pour le paquebot le Normandie.

Ensuite direction le Silo, les Docks, la place de la Joliette, la Villa Méditerranée et le Mucem. Quartier transformé par le projet Euroméditerranée.

J'emprunte le Ferry-Boat et monte vers Notre Dame de la Garde. Ensuite la superbe rue Picasso qui passe à 200 mètres de chez moi (à vol d'oiseau) et chemine à travers de magnifiques villas.

Descente vers la plage, je traverse le parc Borély et je prends la traverse Paul, un kilomètre de souvenirs ruraux. Traversée du MAC et j'arrive au rond point de Mazargues.

Ensuite je traverse des zones non habitées, car un BUS (Boulevard Urbain Sud) est prévu dans l'avenir. Passage dans les quartiers de Sainte Marguerite, Saint Tronc et Saint Loup avec le mont Saint Cyr que j'aperçois en permanence sur ma droite. J'arrive enfin à Saint Marcel avec vue sur l'ensemble commercial La Valentine.

 

Etape 8 Saint Marcel - Aubagne (21 km 4h07)

Le 28 octobre 2013 à 8h37.

Je pars de Saint Marcel et le GR me dirige immédiatement vers les collines. Après deux étapes urbaines, je pense que je vais escalader aujourd’hui.

J’entre dans le parc départemental de la Barasse avec d’anciennes usines de traitement de l’alumine.

Je me dirige vers la Candolle en croisant les vallons de la Barasse, de Luinant et des Escourtines.

Arrivé à la Candolle (404 m), j’ai une vue exceptionnelle sur Marseille, sa rade et tous les massifs environnants.

En longeant un vallon, j’ai aperçu un sanglier qui grimpait une paroi rocheuse avec une agilité impressionnante. Il a du mettre 30 secondes, alors que j’en aurais eu pour un quart d’heure.

Après la Candolle, je suis un chemin avec La Penne sur Huveaune à gauche et le camp de Carpiagne à droite.

Je croise la voie ferrée Aubagne - Toulon en longeant constamment des terrains militaires.

Je descends enfin vers Aubagne et décide de m’arrêter malgré seulement 21 km de parcourus. Mais beaucoup de dénivelés dans cette étape.

Traversée d’Aubagne par les petites rues du cœur du village.

Etape 9 Aubagne - Auriol (32 km 6h02)

Le 7 novembre 2013 8h08.

 

Journée magnifique pour une étape superbe et sportive, pas un nuage dans le ciel et un dénivelé positif de 1047 mètres.

Départ de la gare d'Aubagne, je passe la porte du millénaire et suis un petit moment l’Huveaune.

Passage sur une voie ferrée désaffectée qui va être le support du prochain tramway d’Aubagne.

J’emprunte la route des Aubes qui longe la plaine agricole d’Aubagne. Je me dirige vers Gémenos par une superbe petite route. Je suis entouré de montagnes et je sais que je dois monter là-haut.

Sympathique village de Gémenos avec beaucoup de quartiers résidentiels. Je sors du village et me dirige vers la Sainte-Baume. Il existe de nombreux chemins balisés, mais moi je prends le chemin de la Glace qui va vers le col de Bertagne. Montée avec des panoramas majestueux. Je dois souffler de temps en temps et je profite de la vue.

Passage devant la source de la Glacière et j’arrive au col à 859 mètres d’altitude. Il y a un monument de la Société des Excursionnistes Marseillais au col de Bertagne.

Ensuite redescente vers le village de Plan d’Aups. Très beau petit village typique provençal.

Après une pause déjeuner, je remonte vers la foret du Plan d’Aups et ensuite longue descente par le bois de la Lare.

Descente éprouvante après 25 km de marche, mais j’aperçois Auriol en bas du bois.

J’arrive à Auriol et cherche un bus de l’Agglo qui me ramènera vers Aubagne.

 

Etape 10 Auriol - Gardanne (37 km 7h02)

Le 2 décembre 2013 8h49

 

Encore une étape avec pas mal de grimpette. 1038 mètres de montée.

Dans cette étape peu de parties bitumées, de plus ces derniers jours avec le gel de la nuit et le dégel le jour, le sol est gras.

Départ d’Auriol et direction Pont de Joux. Ensuite montée vers le Mont du Marseillais (628 m) en passant par le col du Marseillais. Là haut une vue à 360°, notamment sur la Sainte Victoire que mon itinéraire va effleurer, mais pas les plus hauts sommets.

Après ce mont, un chemin très agréable à travers une belle forêt et corniches rocheuses.

En bas j’aperçois une superbe « pelouse » (hameau de Pichauris) où je vais aller mais par des détours.

J’arrive au hameau de Pichauris, entouré de monts  et me dirige vers la commune de Cadoline.

Arrêt à Cadoline pour le sandwich du midi et direction vers l’Auberge Neuve, la zone industrielle de Valdonne et ensuite Saint Savournin.

De Valdonne à Saint Savournin, j’ai galéré plus d’une demi heure vers un immense centre équestre pour trouver mon chemin.

Depuis le hameau  de Pichauris je chemine entre 350 et 450 m d’altitude.

Mais ça change pour atteindre le village de Mimet (le plus haut village des Bouches du Rhône) Il y a des passages à 610 m. J’avais l’intention de prendre le bus pour Aix à cet endroit, mais je me poste du mauvais côté de la route, et je vois le bus passer dans le sens contraire. Le prochain étant 2h plus tard, je décide de continuer vers Gardanne à pied.

Passage sur un chemin forestier et j’ai hâte de sortir de cette forêt avant la tombée de la nuit, surtout que je me suis égaré durant un kilomètre. Arrivée à la gare de Gardanne avec la nuit tombante.

 

Etape 11 Gardanne - Aix en Provence (27 km 4h55)

Le 5 décembre 2013 8h40

 

Il gèle à Marseille, mais encore plus à Gardanne lorsque je démarre cette étape. Etape froide toute la journée.

La première partie de l’étape se passe sur des petites routes et peu de montée, donc facile. La seconde, dans le domaine de Rocques-Hautes (près de la Sainte Victoire), est bien plus accidentée.

Départ de la gare de Gardanne, direction Meyreuil. Je passe par un lycée agricole où de jeunes gens débroussaillent. Ensuite je vois l’Ecomusé.

Je me dirige vers Beaurecueil en longeant de somptueuses villas avec la Sainte Victoire comme décor.

Je passe par le Tholonet (couleur de ma DS, beige Tholonet !!)

J’entre dans le domaine de Roques-Hautes qui est au pied de la Sainte Victoire.

Superbes paysages, avec peu de randonneurs. De belles montées, mais des sentiers faciles et bien entretenus. Je passe par le barrage Zola, qui n’est plus utile actuellement sauf en cas de crues de l’Infernet (voir mon étape 1)

Je vois également une construction romaine, l’aqueduc de Doudon.

Passage devant les carrières de Bibemus, avant de rejoindre Aix en Provence, mais par de petits chemins.

Etape 12 Aix en Provence - Aix TGV (24 km 4h20)

Le 11 décembre 2013 8h40

 

Dernière étape de mon GR2013. Etape reliant Aix en Provence à la gare TGV d’AIX.

Etape courte, pas de difficulté mais beaucoup de routes étroites avec de la circulation. En bref, ça n’était pas la plus agréable balade.

Départ de la gare routière d’Aix, passage dans la cité du livre. Ensuite, j’ai eu pas mal de problèmes pour quitter Aix à cause de manque de balisage. Près de la fondation Vasarely je passe à travers un camp de roms.

Je me dirige vers les Milles et passe devant le Camp des Milles, une ancienne tuilerie devenue camp d’internement en 1939.

Je croise l’Arc à l’entrée des Milles. Je vais ensuite vers l’Europôle de l’Arbois par des sentiers agréables. A l’Europôle, je vois un ancien sanatorium qui est maintenant utilisé par de grandes entreprises, ainsi que l’université Aix Marseille. Les balisages sont également manquants à Europôle.

J’emprunte ensuite le même chemin que lors de l’étape Aix-TGV Marseille pour rejoindre la gare TGV.

 

Etape supplémentaire : traversée de Marseille avec l'option rurale (32 km 6h)

Le 17 décembre 9h21

 

Pour la traversée de Marseille, j’avais opté pour l’option littoral.

Il me restait donc à effectuer cette traversée avec l’option rurale.

Je pars à nouveau de Saint Antoine et je me dirige vers Septèmes-les-Vallons. A Marseille, il faisait beau, mais lorsque je monte vers le massif de l’Etoile, il gèle.

Les routes sont verglacées et les voitures toutes blanches.

Dans le massif de l’Etoile, je m’égare à cause de repères manquants. J’ai fait un détour de 7 kms avant de trouver un randonneur local qui m’a remis sur le bon chemin.

Ce qui explique que cette étape qui fait 25 km est de 32 km pour moi.

Mais ce détour fait dans le massif de l’Etoile a été très agréable.

Direction le vallon Dol et j’arrive au bassin du vallon Dol, qui sécurise l’alimentation en eau de la Métropole de Marseille.

Ensuite je redescends vers Le Merlan où de nouveaux quartiers ont été construits, donc, plus de repères, nouvelles routes et lampadaires (là où souvent sont mises les marques jaunes et rouges du GR)

Je me dirige vers Sainte Marthe et Saint Just. Ensuite je vais vers Montolivet en passant par le parc de la Moline.

Dans ces quartiers, il existe de nombreuses petites routes avec d’innombrables maisons.

J’emprunte le Chemin des Sables Jaunes et ensuite un chemin aménagé sur le canal de Marseille recouvert aux environs des Caillols.

J’arrive enfin à la Valentine pour prendre un bus vers le centre-ville et je retrouve les embouteillages de l’autoroute !!