La Via Francigena

La Suisse entourée de montagnes
La Suisse entourée de montagnes

Après avoir effectué deux pèlerinages à Saint-Jacques-de-Compostelle, je décide de changer pour aller à Rome par la Via Francigena.

Ce chemin est beaucoup moins connu que les caminos de Compostelle.

Cela pose le problème des hébergements plus rares et plus coûteux.

De plus je suis parti en période difficile de la pandémie du COVID-19. J'ai endossé mon sac à dos dès que le déconfinement m'a autorisé à me déplacer à plus de 100 km de chez moi.

Cela a ajouté quelques difficultés :

- les gites communaux ou paroissiaux restaient fermés.

- aucun pèlerin sur les chemins, il est étrange d'être seul sur la totalité du chemin.

Mais il y avait au moins un avantage, les chambres qui étaient ouvertes étaient toutes libres car j'étais le premier et seul pèlerin.

Je ne suis pas parti de Canterbury, impossible de me rendre en Angleterre actuellement, je décide donc de partir d'Arras, ma ville d'adolescence.

 

Ma crédential
Ma crédential

Première partie Arras - Aoste

4 juin 2020

J'ai choisi de partir avec le strict nécéssaire dans un sac à dos très léger. Un sac d'environ 4 kg sans eau. Cette fois pas de chaussure de rechange pour le soir et cela ne m'a pas manqué. Ma veste étanche très légère a été suffisante malgré les grosses journées de pluie, il n'a jamais fait très froid.

Sur mes 24 jours de marche, j'ai eu environ 6 jours de pluie, d'autres bien nuageuses, mais aussi de belles journées ensoleillées. Heureusement car nous sommes en juin.

Je suis parti avec l'application "via francigena" gratuite en téléchargement. Elle est très bien pour le parcours et évite pas mal d'erreurs, car suivant la région le GR 145 est plus ou moins bien balisé. Par contre elle ne référence pas beaucoup d'hébergement en France. J'avais également le livret d'hébergements et services édité par la FFVF (fédération française de la Via Francigena) A commander sur leur site.

Ma première partie fait 1008 km d'après l'application. Mais j'ai quelquefois pris des raccourcis lorsque le GR 145 faisait de longues boucles, mais sans emprunter de routes fréquentées. Surtout lorsque la fin de l'étape est proche.

 

Découpage des étapes

1- Arras - Bapaume

2- Bapaume - Peronne

3- Peronne - Seraucourt-le-Grand

4- Seraucourt-le-Grand - Cessières

5- Cessières - Corbeny

6- Corbeny - Reims

7- Reims - Trépail

8- Trépail Germain-la-Ville

9- Germain-la-Ville - Blaize sous Arzillières

10 - Blaize-sous-Arzillières - Rosnay-l'Hopital

11- Rosnay-l'Hôpital - Jaucourt

12 - Jaucourt - Orges

13 - Orges - Marac

14 - Marac - Chalindrey

15 - Chalindrey - Dampierre-sur-Salon

16- Dampierre-sur-Salon - Besançon

17- Besançon - Mouthier-Haute-Pierre

18- Mouthier-Haute-Pierre - Les Fourgs

19- Les Fourgs - Dizy (près de La Sarraz)

20- Dizy - Lausanne

21- Lausanne - Aigle

22- Aigle - Martigny

23- Martigny - Bourg-Saint-Pierre

24- Bourg-Saint-Pierre - Aoste


Impressions sur le chemin

Ce chemin traverse de bien différents et agréables paysages.

En premier lieu nous avons les paysages tout plat des Hauts-de-France, avec ces grands champs de pommes-de-terre, betteraves et céréales.

C'est la première fois que je randonne dans ma région d'origine. Des églises dont les clochers ont été reconstruits en béton après la première guerre. Certains sont impressionnants.

Évidemment de nombreux cimetières militaires sont présents, français, anglais, américains, canadiens et même allemands. À l'étape les carillons des beffrois annoncent les heures.

Le chemin suit aussi de nombreux canaux, celui de Saint-Quentin, de la Somme, de l'Aisne et bien d'autres. C'est très agréable de marcher le long de ces canaux, mais un peu monotone. 

Ensuite arrive les coteaux de Champagne, un peu plus vallonnés avec des vignes célèbres bien sûr mais aussi beaucoup de cultures dans la champagne crayeuse depuis l'avénement des engrais. Des villages superbes, avec les maisons en pans de bois et même certaines églises construites en bois et torchis.

Là aussi, j'ai suivi un canal, celui de Champagne en Bourgogne.

Puis, c'est le Jura avec des étapes plus sportives et très belles. La montée après la traversée de Besançon, puis la vallée de la Loue ont été des étapes splendides. De plus le soleil était de la partie dans cette traversée du Jura. J'ai vu qu'il existait une grande traversée du Jura, une excellente idée pour l'avenir.

Enfin j'arrive à la traversée de la Suisse. Superbe pays, mais assez couteux. Ce qui me convainc de le traverser rapidement.

Une première étape suivant la vallée de l'Orbe, somptueuse. Un petit chemin bien aménagé en sous-bois avec l'Orbe et ses chutes. De belles montées et quelques passages en tunnel. Suit une courte étape pour atteindre Lausanne et visiter un peu la ville. Il faut ensuite longer le très long lac Léman pour atteindre la vallée qui montera au Col-du-Grand-Saint-Bernard.

Enfin les deux dernières étapes très sportives pour cette année qui m'amènent au col (2473 m) avec ses névés et la descente vers Aoste.

Un retour assez compliqué vers Marseille avec de nombreux changements ferroviaires.

En conclusion, un parcours très varié qui aurait mérité plus de soleil.

Hébergements

Ce chemin est rare en hébergements spécifiques pour les pèlerins. De plus cette période de pandémie complique encore plus les choses.

Les gites communaux et accueils religieux restent fermés.

Il ne me reste plus que les hôtels, les gites et chambres d'hôtes et les accueils en famille.

J'ai rarement été en famille d'accueil à cause du fait de déranger, mais cette fois c'était pratiquement une obligation.

Et j'ai été ravi de tous ces accueils. Une chambre et salle de bain sont souvent réservées au pèlerin et les accueillants vous laissent vous reposer sans imposer quoi que ce soit.

Quelques hébergements que j'ai particulièrement apprécié :

- À Rosnay-l'Hôpital, Mr et Mme Mignot vous accueillent avec gentillesse et le maitre de maison vous fait visiter la crypte et l'église avec d'amples explications.

- À Mouthier-Haute-Pierre, au petit chari, Mr et Mme Lebris ont une très bonne formule soirée étape pour pèlerin avec un repas du soir typiquement Franc-Comtois.

- À Dampierre-sur-Salon, des chambres d'hôtes à prix pèlerin toutes neuves, "Au bon vivant". Le repas du soir peut être commandé.

- À Bapaume, l'hôtel "Le Gourmet" vous reçoit très bien avec des prix abordables.

- Au Fourgs, excellent accueil de pèlerins. Malheureusement je suis tombé en période de deuil, mais ils m'ont quand même hébergé et conseillé pour la suite en Suisse.

- À Dizy, en Suisse, un gite dans une ferme écologique, à la famille Devenoge. Excellent prix pour la Suisse.

Et bien d'autres mais qui m'ont moins marqué. Un regret, à Reims tout était fermé, et l'accueil des pèlerins à la cathédrale était également absent.

Dans tous les cas, il est indispensable de réserver la veille pour les accueils en famille. Les coordonnées sont disponibles sur le livret de la FFVF.

Quelques signalétiques suivant la ville parcourue

Quelques unes des nombreuses églises

Quelques paysages

Beau panorama dans le Jura
Beau panorama dans le Jura